FAIRE DES HISTOIRES SANS FIN, 2005

DEMARCHE DU PROJET

Retour aux images


L'installation "Faire des histoires sans fin" est composée d'une photographie en noir et blanc sur laquelle est projetée une bande vidéo couleur. L'espace de l'image vidéographique et celui de la photographie sont identiques, permettant ainsi aux deux images de s'emboîter parfaitement l'une dans l'autre. La photographie présente un espace intérieur, un mur de papier peint où sont accrochées des photos de famille. Lorsque l'image de la vidéo est superposée sur la photographie, l'image se colore et l'histoire débute. Un personnage entre en scène et retire les cadres accrochés au mur, mais ces derniers restent toujours visibles puisqu'ils sont présents dans la photographie qui agit comme écran à la projection. Le personnage, toujours dans le but d'atteindre les cadres, enlève, couche après couche, les papiers peints du mur. L'installation raconte l'histoire sans fin de cette personne qui tente d'atteindre les cadres.

histoire de papier peint

J'étais petite, je me souviens que les vêtements de la garde-robe frôlaient à peine le dessus de ma tête. J'aimais cet endroit, j'y retournais souvent pour observer ma découverte. C'était dans la maison où j'ai grandi, le territoire de mon enfance. Une maison de plus de cent ans où, pendant des années, les habitants successifs avaient recouvert de papier peint l'intérieur d'une garde-robe sans jamais enlever les couches antérieures. Et puis, il y eut un silence qui permit au temps de faire jaunir, craquer et peler toutes ces couches, permettant à chacun des papiers peints de dévoiler sa présence. Un jour de recherche des recoins inexplorés, j'avais fait cette troublante découverte, celle de la mémoire des murs. J'avais agrandi les ouvertures, exploré les couches. J'étais émerveillée par les couleurs, motifs et textures, mais il y avait une étrange sensation, peut-être celle de découvrir, dans cette archéologie, la part étrangère de mon territoire. Des histoires inconnues me semblaient être conservées juste là. Je regardais du temps, une apparition de l'espace-temps.